Saturday, November 25, 2017

Réflexions sur de la cinématographication

We Are the Flesh : Film mexicain où l’on essaie de repousser les limites du bon goût, We Are the Flesh nous montre : de l’inceste, des masturbations de pénis, des éjaculations de sperme de pénis, des masturbations de clitoris, des viols, des gorges tranchées et tenu solidement pour être bien sûr que l’on puisse voir le sang couler pendant de longues, longues secondes, un orgie (pas comme dans Shortbus où l’on voit tout mais comme dans Eyes Wide Shut où l’on voit rien). Ça fait beaucoup d’images pseudo-choquantes en 80 minutes. Tout est extrêmement bien filmé et joué, surtout pour le budget aussi risible (400 000 patates). C’est le genre de film dont Gaspar Noé se masturbe en écoutant, croyant qu’on commence enfin à lui rendre hommage. Il n’est donc pas surprenant de voir son nom dans les remerciements du film. We Are The Flesh est exactement comme un film de Gaspar Noé, un film qui se croit profond en nous montrant le côté noir de la nature humaine, alors que tout est dans le titre et en nous montrant des images de pénis en érection dans un contexte non-érotique alors que de suggérer un pénis en érection peut très bien faire l’affaire. 


Mine : Armie Hammer est un acteur extrêmement beau en plus d’être très bon. Je pourrais le voir réciter la bible et je trouverais possiblement ça intéressant, peut-être. Malheureusement, on lui donne rarement des rôles importants. Mine n’est certainement pas le film qui va lui ouvrir les portes de la gloire. Qu’importe j’ai espoir que quelque chose s’en vient pour lui…


Aerobicide : Aerobicide aussi connu sous le nom de Killer Workout (quand je dis connu c'est bien sûr pour les 4 personnes qui connaissent l'existence de ce film)est un film d’horreur, un slasher réalisé par Ted A. Prior, celui qui nous à donné le classique Deadly Prey. S’il s’y connaît autant en slasher qu’en film d’action, Aerobicide ne peut qu’être un film phare. Une sorte de révélation. Et bien non. Aerobicide est 85% de femmes en leotard faisait de la gymnastique sur des musiques ultra quétaines 3% films d'action/horreur et 12% autre chose.  Le fait que le tueur attaque ses victimes à coup d'épingle à couche n'aide aucunement le film. On sait tous qu'il en faut des coups d'épingle à couche pour pouvoir faire des dommages alors qu'ici, un coup ou deux et la victime meurt rendant le tout un peu trop ridicule, en fait plus ridicule que ne l'était le film jusque là. Une chance qu'on y a droit à deux scènes de bagarres interminables entre les 2 mâles alpha du film. 


A Dark Song : A Dark Song est un film britannique ou peut-être irlandais ou peut-être même les deux, ce n’est pas tellement important. Ce qui l’est par contre c’est qu’il s’agit d’un petit film fort réussie. Avec un budget risible, deux excellents acteurs et un scénario qui fonctionne, A Dark Song est la preuve qu’on peut faire bien avec peu. L’histoire est simple : une femme avec des motivations mystérieuses se retrouve en campagne avec un soi-disant occultiste . Ils tentent de communiquer avec les esprits pour des raisons qui ne sont jamais claires. L’intérêt réside dans les raisons de la dame mais surtout dans les capacités de l’homme : est-il un charlatant, un sorcier, ou un stoner qui veut profiter de la vulnérabilité d’une femme qui ne l’est pas tant?


Spring : Spring m’a emballé. Sorte de film de succube meets Roméo et Juliette les acteurs sont très bons et le réalisme et le lyrisme qui se dégagent de l’ensemble est prenant et on y croit à cette fugue qui se transforme en histoire d’amour. Un petit film de genre inspirant, inspiré où les thèmes de l’isolation, le rejet, la fuite, l’amitié et les croyances (religieuses ou non) ne prennent jamais le dessus sur des dialogues explicatifs, laissant le film respirer en n’essayant jamais de trop en faire. 


Cell : Cell est une adaptation d’une roman de Stephen King par Stephen King, quelque chose de très tendance depuis le succès de It, mais comme le film fut tourné en 2014 et sortie fin 2016, c’était juste un peu avant d’être tendance. Cell est également le retour du duo John Cusack/Samuel L. Jackson qu’on avait pu voir dans le très oublié 1408, un autre adaptation de King qui fut un simili succès à l’époque pour ceux qui se souviennent de ces choses-là. Cell est un peu une mauvaise extension de Maximum Overdrive, un autre adaptation de King réalisé par le roi lui-même où des machines s’en prennent tout bonnement aux humains. Cell est un peu la même chose mais avec des cellulaire ou des ondes cellulaires qui transforment les gens en …zombies? En possédés? Bref, les gens deviennent fou et s’entretuent. Possiblement qu’il s’agit d’une métaphore sur la technologie ou quelque chose d'hyper profond comme ça mais ce n’est pas tellement intéressant. Ce qui est intéressant c’est d’essayer de comprendre comment un tel film à pu voir le jour. Comment un comité remplie de gens avec des cerveaux pis toute, ont décidé que ce film se devait d’être fait et d’être vu. Probablement qu’il a été tourné en Bulgarie ou un autre pays dans le genre où le coût de la vie est minime donc les coûts de productions le sont tout autant. Mais ce n’est pas une raison pour nous donner des images de paysages bas de gamme. Le film est incroyablement mal réalisé et monté comme si le réalisateur s’était dit quand brassant un peu la caméra on donne un effet de panique même si on a une foule de 7 figurants. C’est plutôt pathétique.


Assassin’s Creed : Michael Fassbender à dû se dire : comment se fait-il qu’il n’y  ai aucune franchise hollywoodienne à mon nom! Prenant le taureau par les cornes il a décidé d’investir son argent de poche dans ce qu’il croyait être le début d’une saga fructueuse dont tous les adultes de la planète allaient attendre les prochaines aventures de ce héro dont on ignore le nom (c’est déjà mauvais signe). Assassin’s Creed est basé sur un populaire jeu vidéo, peut-être que Fassbender ne le savait pas. Peut-être a-t-il tout simplement fait confiance au réalisateur de son MacBeth (que je n’ai pas vu mais dont j’avais beaucoup apprécié son Snowtown Murders). Toujours est-il que ce Assassin’s Creed est une bouse pour tout ceux qui ne sont pas famillié avec le jeu car voyez-vous ce film n’existe que pour les fans du jeu. Heureusement, il y a plus de fan d’Assassin’s Creed The Game que des fans Du Cas Roberge The Websérie ce qui veut dire que sans être un succès le film est loin du bide financier (mais pas loin) si on compare au score Du Cas Roberge (un film que 7 personnes ont vu (dont moi et je ne connaissais pas la web série)). Assassin’s Creed est un film assez plate, une perte de temps même mais certain y trouveront peut-être un minime intérêt (les effets spéciaux, Mario Cotillard, etc…) chose que l’on ne peut pas dire Du cas Roberge qui n’est ni plus ni moins que l’argent des contribuables jeté par la fenêtre.


Prevenge : Prevenge peut être considéré comme un tour de force si on tient compte du fait qu’il fut écrit en 3 jours et réalisé en 11 jours pendant que son actrice/réalisatrice/scénariste était enceinte d’environ 8 mois. Précédé d’une réputation de comédie noir à la Sightseers (qui partage la même scénariste/actrice) Prevenge est par contre beaucoup moins amusant parce que plus redondant et parce que les personnages secondaires sont pour la plupart des imbéciles. C’est une façon un peu douteuse que le film a, de dire qu’ils méritent leur châtiment. C’est le genre de film qui habituellement me plait bien mais dont j’ai l’impression que plus je prends de l’âge plus j’apprécie mieux un film comme Spring ou Blue Ruin. C’est ça vieillir, les jeunes.



-->
Starry Eyes : Starry Eyes n’est pas le premier ni certainement pas la dernier film à parler d’Hollywood et des rêves brisés. Mais c’est possiblement celui qui est le plus violent, grand guignolesque même. Encore une fois, je me retrouve devant un film dont j’aurais apprécié sa violence et son étrangeté si j’avais 20 ans de moins. J’ai trouvé la violence assez inutile et la finale quoique amusante, un peu trop weird pour fonctionner avec la métaphore du film et un peu trop surprenante pour être prise au sérieux. Mais les deux réalisateur ont réussie à sortir des sentiers battus et nous offrent une actrice qui devrait aller loin (le reste de la distribution est moins que moyenne, la plupart des acteurs du film n’ont pratiquement pas le talent de jouer dans ce genre de film). Starry Eyes ferait un très bon duo avec Mulloland Drive pour une soirée vidéo, en autant que la soirée commence avec le plus faible des deux, c’est à dire pas le Lynch.

Thursday, October 26, 2017

Réflexions sur de la cinématographication

Innocent : On ne peut commencer une réflexion sur le cinéma de Marc-André Lavoie en disant que son nouveau film est meilleur que Hot Dog le film parce que tous les films, toutes la cinématographie mondiale, tous le cinéma étudiant sont meilleurs que Hot Dog le film.  Alors cela va de soit. Dire que Innocent ressemble plus à un film n'est pas non plus quelque chose qui vient à l'esprit lors de l'écoute. C'est que le nouveau délire audio-visuel de Lavoie ressemble à une suite de sketches mal intégrés pour donner le feeling qu'il s'agit du même film. On dirait un best of d'un sitcom quelconque. Il y a quelque chose d'anti cinématographique dans ses films qui donne l'impression que Lavoie se trouve hilarant, que ça le fait rire, lui, mais pas les autres. Mais ses lacunes sont dans la technique (des mauvais champs/contrechamps), jamais dans les idées, elles sont dans l'écriture (un film raconté au "JE" mais dont on peut voir les actions de certains personnages alors que le JE n'est pas là), jamais dans les intentions. Parce qu'il est évident que Lavoie veut faire rire et ce de façon non prétentieuse mais le résultat final donne l'impression de quelqu'un qui à rassemblé ses notes ça et là et les aurait mis dans un seul film en tentant de trouver un fil conducteur. C'est ce fil conducteur qui est toujours déficient dans ses films. Encore plus déficient est l'idée de toujours mettre un pivot scénaristique qui n'a rien à voir avec le film mais qui n'a rien à voir avec la réalité non plus (du moins dans sa réalité diégétique). Lavoie devrait prendre ses notes et les donner à un vrai scénariste et il devrait prendre le scénario qui en résulte et le donner à un vrai réalisateur. Lavoie devrait se contenter de produire tout en mettant a patte dans la création de ses films pour devenir une sorte de Judd Appatow québécois. Mais là, comme ça, laissé à lui même, ce type n'est pas très bon. 


King Arthur : Legend of the Sword : Il est très important de ne pas mélanger le film King Arthur avec King Arthur : Legend of the Sword: car il y en a un des 2 qui est terriblement horrible. Il y en a un des deux qu'on a donner à Antoine Fuqua en croyant qu'il était invinsible après un Training Day nominé aux Oscar parce qu'on avait oublié qu'il avait fait Bait et Replacement Killers juste avant... L'Autre film est fait par Guy Ritchie, l'Ex de Madonna. Après un Man From U.N.C.L.E et 2 Sherlock Holmes force est d'admettre que Ritchie est devenue le Micheal Bay du divertissement honnête. Son King Arthur est possiblement une honte à la légende mais Doux Petit Jésus de Porcelaine, ce film est divertissant. Il n'y a pas un temps mort, tout est fluide même les combats (contrairement à ses bons vieux Transformers où l'on voit que dalle) et l'humour fonctionne (contrairement à ses bons vieux Transformers où l'on rit que dalle)tout comme les moments plus dramatiques. Par moment surtout la fin, on se croirait en plein délire psychotronique en CGI à la Avengers et Marvel mais Ritchie a réussie à me garder en haleine contrairement à ce Batman VS Superman ou cette finale de Wonder Woman.  Chaque scènes de combats est filmée et montée différemment donnant l'impression qu'on veut éviter le copier/coller et donnant surtout l'impression que le film à plus d'un tour dans son sac. Au final ça semble un peu absurde mais la sincérité transparait dans tout les pores de ce film aucunement prétentieux. 


-->

Les Affâmés : Je ne me venterai pas d'avoir vu environ 6472 films de zombies dont environ 12 sont bons ou potables mais je vous dirai par contre que Les Affâmés est un des 12 qui sont le plus efficaces que j'ai vu. Alors peu importe si vous aimez le cinéma québécois, c'est presqu'une obligation de votre part d'aller voir ce film. Pour notre culture, pour notre cinéma, pour un cinéma de genre de qualité mais surtout parce que vous irez voir quoi? Geostorm? Saw 9? The Fuckin' Snowman?



She Woke Up Pregnant : Je dois avouer que le titre du film m’a intrigué et a attiré mon attention. Un titre un peu trash qui me servira d’exemple pour les années à venir à savoir qu’il ne faut jamais surestimé le titre d’un film. Téléfilm mochement filmé mais encore plus mal joué où une femme se réveille enceinte alors que son mari à eu une vasectomie. Il n’en faut pas plus pour qu’elle accuse son dentiste de l’avoir drogué et violé à son insu. Celui-ci avec l’aide de son avocate jouée par Wonder Woman (Pas Gal Gadot, l’autre) essaie de prouver tel un Gilbert Rozon, qu’il n’a jamais eu à forcer qui que ce soit pour insérer son pénis vieillissant dans un orifice féminin et qu’en fait il a eu une aventure consentante avec la femme mais que celle-ci est folle comme toutes les femmes et essaie de le détruire, lui, un grand dentiste qui porte une redingote. Toujours est-il qu’il est piégé par la vigilance de la police locale qui le prend la main dans le sac, ou devrais-je dire la mains sur une enveloppe de condom, prêt à être enfilé sur son pénis de dentiste pendant qu’il a anesthésié une patiente qu’il a dénudé. Parce que c’est sûr que lorsque tu violes tes patientes et que tu passes en cours pour t’en défendre, le premier truc que tu fais arrivé au bureau est de violer une patiente…


She Hate Me : She Hate Me n’a qu’un but : nous démontrer que les hommes sont sexistes et machos et que si l’on renverse la situation, l’homme peut se sentir petit dans ses shorts (dans le sens de petit pénis). Dommage que le film prenne 45 minutes de détour avec une intrigue qui parle de fraude et de mise à pied dans une compagnie pharmaceutique pour arriver à se constat. Alors que l’intrigue ne nous intéresse aucunement, on multiplie la portion « homme objet » ad-nauseam pour terminer tout ça en un drame judiciaire.  Beaucoup trop de thèmes escamotés maladroitement ou étirés inutilement dans ce film où Anthony Mackie nous montre tout le talent qu’on lui trouvait jadis avant qu’il ne transforme sa carrière avec des rôles oubliables ou des rôles de superhéros qui n’intéressent personne (un film sur Falcon c’est pour quand déjà?). Il y a un bon film quelque part dans ce foutoir un peu comme dans Bamboozled fait un peu avant comme si Spike Lee faisait des fourre-tout sans trop réfléchir.


The Inkwell :  The Inkwell est une sorte de comédie black d’ados je n’irais pas jusqu’à dire que c’est une comédie à la Tyler Perry mais plutôt une sorte de comédie à la Free Ride ou Barbershop. Quelque chose de très générique mais qui se veut profond et extrêmement original. D’ailleurs le réalisateur avait fait une sortie à l’époque comme quoi sont film se rapprochait plus d’un véritable cinéma afro-américain écorchant au passage le cinéma de Spike Lee. C’est beaucoup de prétention pour si peu, bien que les acteurs sont tous très bons, le ton ressemble plus à une version adulte de Good Burgers qu’une version sérieuse de Jungle Fever. 


Don’t Breathe : Don’t Breathe fut auréolé de succès et de critiques dithyrambiques à sa sortie par les fans du genre. J’avais un peu hâte de le voir ayant trouvé le remake d’Evil Dead beau mais sans plus, je me disais que Fede Alvarez avait peut-être une autre carte dans sa manche. Quelque chose de mieux. Mais au visionnement du film ma constatation n’avais rien à voir avec le film mais avec le goût des gens. Le goût des fans de cinéma d’horreur moderne. Ou devrais-je dire leur pas de goût. Quand on se gave de Paranormal Activity, de Lights Out et autres Ouija on ne peut qu’avoir des goûts de marde et par le fait même trouver Don’t Breathe complètement génial. Parce que c’est vrai que comparé à Paranormal Activity, Don’t Breathe est génial. Mais comparé à un film de cinéma, c’est une bouse. Sans vouloir dire que Don’t Breathe est un remake inavoué de The People Under the Stairs, le film d’Alvarez en est une version moderne sans subtilité et sans la charge sociale du film de Craven et ce, même si Alvarez croit que son film est socialement engagé. Il n’y a rien d’intense dans Dont Breathe, tout est une peinture à numéro qui s’amuse à déjouer ça et là les clichés mais en sachant très bien qu’il le fait sans s'apercevoir que c'est au dépend du film. Au lieu d’être honnête dans son récit, Alvarez essaie constamment de surprendre le spectateur et fait fi du réalisme qu’il croit avoir mis en place. Il faut dire qu’on se fout éperdument des personnages et de leur sort ce qui n’aide pas vraiment. Je veux dire, un pseudo-mexicain appelé Money  qui porte des cornrows qui a un tattoo dans le cou et qui veut voler 1 millions de dollars d’un aveugle dans une quartier complètement désaffecté de Detroit n’est pas tant le personnage pour qui je vais m’en faire s’il mange une balle de fusil à bout portant dans la gueule. Je vous ferai remarquer que j’ai bien écrit : 1 million de dollar, 1 aveugle, quartier désaffecté et Detroit, tous des mots qui mis ensemble sonne comme le synopsis d’un film avec Ed Elm et Zach Galafianakis. On a droit à un coup de théâtre qui n’en ai pas un en milieu de parcours car on doit absolument rendre le personnage de l’aveugle plus débile que les jeunes qui cherchent à le voler sinon ils auraient l’air de voleurs tandis que là ils auront l’air, s’il survivent, de gens qui se défendent. Ce coup de théâtre n’est rien d’autre qu’un coup de théâtre car le plan machiavélique de l’aveugle n’a jamais été très bien réfléchi jusqu’au bout, il sert uniquement à le rendre méchant et a rendre le tout inconfortable. Alvarez s’est contenté de trouvé une justification aux actions sans jamais penser à la crédibilité de tout ça. Ou il n’a pas pensé plus loin que l’idée qu’une poire à jus rempli de sperme dans une bouche, c’est dégueulasse et que le fait de dire : I’m not a rapist, déresponsabilise son personnage et par le fait même son film de façon malhonnête. Au final, on nous laisse croire que les personnages ont une morale alors qu’ils sont tous des merdes qui mérite ce qu’ils ont reçu.


Stake Land 2 : Stake Land était une belle surprise. Un film de vampires différents, un road movie post apocalyptique différent aussi. Filmé avec les moyens du bord de façon efficace Stake Land ne laissait présagé aucunement une suite. Encore moins une suite, sans être aussi bonne que son prédécésseur, aussi regardable. Mis à part la beauté plastique du personnage principal, Stake Land 2 est la preuve que l’on peut faire des suites, très mineures,  de qualités quand on y met du cœur.


-->

Monday, October 16, 2017

Réflexions sur de la cinématographication

Leatherface : Ils en auront mis du temps pour enfin nous servir un film américain. Le duo français Alexandre Bustillo/Julien Maury qui avaient connu un bon succès avec À L’intérieur auront été prisonnier des limbes hollywoodiens. Après un remake de Hellraiser abandonné par les Weinstein, une suite au Halloween de Rob Zombie abandonné par les Weinstein, l’abandon du remake de Nightmare On Elm Street à cause d’un mauvais scénario et l’abandon par les Weinstein encore de leur scénario pour Livide (qu’ils feront plus tard en France) le duo à finalement mis la main sur une sorte de prequel de Texas Chainsaw Massacre. Le film, un espèce de road movie, ce concentre sur la cavale de Leatherface, enfuie de l’asile après un émeute durant son adolescence, un peu avant de devenir le tueur sanguinaire qu’on connaît. Autrement dit un autre film dans la série dont on se contrecrisse carrément. Si mon compte est bon, il s’agit du 9e film dans une série qui n’en demandait aucunement autant. C’est qu'à mon humble avis Leatherface n’est pas un personnage intéressant, n’est pas un personnage digne d’avoir son propre film, ni un personnage qui mérite d’être autant décortiqué de film en film. Il n’est qu’un seul personnage parmis dans d’autres dans une famille de fous. Tobe Hooper n’est pas un bon réalisateur et n’a jamais fait un bon film (Poltergeist, c’est Spielberg qui l’a fait) et la force de Texas Chainsaw Massacre sont ses faiblesses et l’amateurisme de Hooper. Tout ce que Hooper maitrise mal dans son film devient les éléments qui miraculeusement rendent Chainsaw Massacre un film d’épouvante efficace, la mauvaise maitrise technique donne un côté cru et horrible au film. Je suis convaincu que 97% du résultat final n’est pas ce que Hooper avait en tête et c’est la raison pour laquelle il n’a jamais pu faire un autre film qui soit un tant soit peu efficace par la suite. Ce qui m’amène à dire que Chainsaw Massacre n’a jamais mérité les suites qu’il a eu parce que c’est l’ambiance glauque et l’amateurisme du film qui le rend efficace et non pas Leatherface et sa famille (un peu comme Hellraiser qui va chercher son côté horrifique ailleurs que dans le personnage de Pinhead mais dont on en a fait la tête d’affiche de la série). Bref, voyant le résultat du film de Bustillo et Maury on comprend encore une fois que de nous relater les mésaventures de Leatherface Jr. n’a rien de particulièrement intéressant. Le seul intérêt est que le film est extrêmement violent, un peu trop même pour un film de studio. C’est à se demander comment le film à pu passer la censure. Mais au-delà de la violence le film n’a rien de très particulier sinon un rythme rapide et un style léché mais on peut en dire autant de The Island de Michael Bay  faque… La plupart des films de la série et celui-ci est encore moins un exception, perdent leur temps à nous expliquer la genèse de Leatherface alors qu’on s’en bat les testicules d’autant plus qu’ici il n’est jamais en mode Leatherface sauf pour les 3 dernières minutes du film où il est vraiment trop tard parce que notre attention s’est depuis longtemps porté ailleurs : sur un mot croisé, sur une pile de lavage à plier, sur de la vaisselles à nettoyer ou tout simplement sur une petite branlette sans âme, aussitôt terminé, aussitôt oublié, comme le film d’ailleurs.


Blade Runner 2049 : Blade Runner 2049 est effectivement une suite au Blade Runner 2019 de Ridley Scott réalisé il y 35 ans. Il y a donc 5 années en suspend, quelque part qu’on ne rattrappera jamais. 


1941 : 1941 est la seule comédie dans la filmographie de Steven Spielberg et on comprend pourquoi : le mec n’a aucun sens de l’humour, aucun timing comique, aucune idée de ce qui fait rire. Mais il est quand même bon dans autre chose ce Spielberg alors on va lui pardonner ce moment où il s’est cru comique, cette ineptie au budget colossal (même pour l’époque). 1941 est une énorme farce coûteuse avec une brochette d’acteurs et d’actrices qui pour la plupart ne font que passer dans ce film où tout explose et où chaque monument de la ville de Los Angeles fini détruit ou en feu ou écrasé ou inondé ou etc… Après Frankie And The Bean, une partie d’Hollywood croyait que la nouvelle comédie résidait dans la destruction et le chaos, 1941 fut l’exception à ce sous-genre délirant (The Blues Brothers sa consécration et son chant du cygne). On peut faire une liste des qualités de ce film mais son plus grand défaut est de n’être pas drôle et de n'avoir aucune ligne directrice. 


Dog Bites Man : En principe, quand on fait un sitcom où le style visuel est un « faux documentaire », 98% du temps ce style ne sera jamais utilisé de façon intelligente, convaincante ou efficace. Avec Dog Bites Man non seulement le style faux documentaire est utilisé pour raconter l’histoire d’un groupe de journalistes d’une station locale de télévision mais il ne sert à rien d’autre que d’être un « style » visuel. Jamais le côté du documentaire entre en collision avec ses sujets ou donne l’impression de s’immiscer dans leur travail, le style est juste là, comme ça, pourquoi pas. Ce qui n’aide pas c’est à quel point le tout n’est pas très drôle. Le fait que ce soit une équipe d’une station locale fait en sorte que les libertés scénaristiques prisent ne rendent jamais drôle les situations. Ce serait tout le contraire s’il s’agissait d’une équipe locale qui se retrouve dans un environnement plus gros, dans une métropole (comme si l’équipe de journalistes de TV Fermont se retrouvait tout à coup à LCN Montréal)là les situations rendraient mal à l’aise, les sujets feraient grincer des dents. Mais étant donné le manque d’effort, ce sitcom est tout simplement anti-drôle.


She’s Gotta Have It : Avant ses ambitions de dominer le monde, de vouloir être le premier afro-américain à faire le film ultime sur les afro-américains, de vouloir battre Wim Wenders avec une batte de baseball, de vouloir battre Quentin Tarantino pour son appropriation culturelle, de vouloir se battre contre Clint Eastwood pour le manque d’afro-américains dans Flags Of Our Father, de vouloir faire perdre la job de centaine de milliers d’afro-américains pour qu’ils prennent congé de leur travail pour aller voir Malcom X, un film important, au cinéma et avant finalement de tomber à la merci des studios remplis d’hommes blanc en cravates voulant le déposséder de son âme, Spike Lee à fait ce film. C’est non seulement une très bonne  première œuvre mais le film a bien vieillie et comporte tout les effets visuels propres à son oeuvre et qu’il réutilisera avec plaisir sur la plupart des ses longs métrages suivant. She’ Gotta Have It malgré son sujet très « black » à une portée universelle et c’est souvent la marque d’un grand auteur : être capable de faire une synthèse de son peuple  ancré dans une époque et qui finit par toucher droit dans le mille peu importe la race, le pays d’origine, l’âge et l’époque. Un film intemporel donc qui nous laisse croire très tôt que Lee aura une voix et saura s’en servir (pas assez souvent dans son cinéma du moins)


Final Girls : Finals Girls est une comédie d’horreur dont on ne comprend jamais vraiment les règles et qui semble avoir été réalisé par 3 gars différents tant les ruptures stylistiques sont difficiles à comprendre. Ou peut-être que non aussi, il se peut que je sois un gros idiot qui n’apprécie pas un enième film de slasher méta avec des références tellement clichés qu’on n’a jamais l’impression que ces films sont fait par des fans du genre mais par des gens qui en ont vaguement entendu parler (il y un tueur masqué, right?). Les acteurs jouent bien mais l’enjeux est inexistant. Il n’y a rien d’intéressant dans Final Girls et ce même si on il n’y aucun temps mort. Le film est divertissant mais tellement quelconque qu’on se demande ce qu’il aurait pu être entre les mains de d’un meilleur scénariste et d’un réalisateur qui apprécie mieux le genre.


The Girl with All the Gifts : Possiblement le film de zombie le plus intéressant et le plus différent (sans jamais vraiment l’être) depuis 28 Days Later. Le but ici n’est pas de réinventer quoique ce soit ou d’être cool à tout prix mais bien de vouloir raconter une histoire d’enfants infectés par un virus sans jamais chercher le gore gratuit ou la scène d’action pour divertir. Peut-être normal que Paddy Considine, Gemma Arterton et Glenn Close y jouent les rôles principaux. Ils y ont sans doute vu une sensibilité dans la manière dont le réalisateur traite son récit qu’a rarement ce genre de production. Il y a plus de choses intéressantes et de divertissement dans The Girl With All The Gifts que dans 6 saisons de The Walking Dead.


Last Shift : Il y a rien de pire que d’écouter ce genre de film pas trop bon (mais pas si moche non plus, par chance) et de s’apercevoir qu’on l’a déjà vu mais s’en apercevoir que dans les 3 dernières minutes. Heureusement ça ne m’arrive pas si souvent mais les fois où ça m’arrive c’est généralement dans les 3 dernières minutes que je m’en aperçoit. Il y a quelque chose avec les 3 dernières minutes d’un film moche qui me fait rapeller toute la haine que j’ai pour les gens qui font ce genre de film. Toujours est-il que Last Shift aurait pu être meilleur si la réalisation avait été plus stylisé ou dumoins moins paresseuse et un montage plus serré aurait également aidé. Mais pris tel quel, le film manque de punch.


Vampyres : Remake d’un film qui ressemble étrangement à quelque chose que Jess Franco aurait pu faire dans les années 1970, Vampyres est encore plus mauvais qu’un film que Jess Franco aurait pu faire dans les années 1970. Je n’ai vu aucun intérêt à 1)faire un remake de ce film et 2)le faire de façon aussi peu convaincante. Je veux dire, rarement un film fait après 2012 aurait semblé aussi amateur à tout point de vue. J’avais parfois l’impression d’un film de Jess Franco que l’on aurait seulement remasterisé. Je comprends l’ironie, je comprends les mauvais films, je comprends les films qui ne se prennent pas au sérieux peu importe leur qualité mais ce Vampyres n’a ni ambition de faire 1)rire 2)peur 3)divertir 4)érotisicer les gens dans leur pantalons et 5)faire réfléchir les gens sur des débats d’actualités. Le film n’a pas non plus l’ambition de faire une passe d’argent ou de faire du film la carte de visite du réalisateur. On croirait qu’il a été fait par le neveu de 17 ans d’un moyennement riche homme d’affaires qui a une business de tapis rugueux quelque part au Minnesota et que pour une question de retour d’impôt et pour faire plaisir à son neveu et pour les dernières volontés de son frère à décidé d’investir dans la lubie du fils de ce dernier en lui donnant 10 000$ pour tourner un film et que les deux (le producteur et le neveu) on mis toute leur énergie sur le casting de jeunes filles nues qu’on va de toute façon filmer tout croche sous de mauvais éclairages. C’est l’impression que j’avais en tout cas.

-->